Jardin Vertical ou Mur végétal : Les concepts de murs végétalisés.

Quelle technique de murs végétaux choisir ?

La végétalisation d’une façade via un mur vegetal peut se faire avec une multitude de solutions techniques existantes sur le marché, il est parfois difficile de s’y retrouver.

Vous retrouverez donc ci-dessous les descriptions techniques des principaux systèmes de murs végétalisés.

Il faut distinguer deux grands modes de culture, à savoir :

- la culture hydroponique : utilisation d’un substrat inerte (nappe horticole, sphaigne, fibre coco, billes d’argile, pouzzolane, laine de roche …) comme support de culture.

- la culture classique : utilisation d’un substrat non inerte (tourbes, compost, argiles, zéolithes, pumice …).

Toutes les solutions techniques se caractérisent donc en premier lieu par leur type de culture. Ensuite, ils se distinguent entre eux par la nature du substrat utilisé, par le contenant (ex : cages métalliques, poches de feutre, modules plastiques…), par leur système de fixation, par leur encombrement, par leur simplicité d’installation et d’entretien et surtout par leur prix d’achat.

La mise en œuvre des différents murs végétaux peut se faire par vos soins quand les fournisseurs autorisent la vente du matériel seul ou par leurs installateurs quand ceux-ci ne laissent pas la possibilité de l’auto construction.

Si vous êtes bricoleur, vous pouvez aussi reproduire dans la limite du possible le système pour lequel vous allez opter.

Principe du mur vegetal « Patrick Blanc »

Il s’agit  du système inventé par le précurseur du mur végétal, à savoir : Patrick Blanc (chercheur botaniste au CNRS de Versailles).

Système hydroponique par excellence.

C’est certainement le concept le plus connu, le plus simple dans sa conception mais pas forcement le plus facile à entretenir et le plus durable dans le temps.
C’est une culture hydroponique par excellence.

Les végétaux sont insérés entre deux couches de feutre imputrescible non tissé, appelé aquanappe ou hortinappe. Ce feutre est irrigué régulièrement par une solution nutritive (eau + sels nutritifs) qui retombe par gravité et capillarité dans un bac de stockage/récupération.

Cette solution est de nouveau pompée via une pompe et des tuyaux vers la partie hautes des couches de feutre, coule le long et retombe dans le bac… c’est un arrosage en circuit fermé (le circuit ouvert est possible dans certains cas). Tout le système d’arrosage (tuyau, goutteurs, raccords) peut être caché sous la première couche de feutre.

Le feutre joue le rôle de substrat. Les racines se divisent, s’ancrent, puissent l’eau et les sels nutritifs dans les couches de feutre.

Les couches de feutres sont agrafées (agrafes inox) directement sur une plaque de PVC expansé (rigide, étanche) ou encore sur un panneau de bois étanché par une couche d’EPDM.
Les panneaux sont fixés au mur via des tasseaux en bois ou des profilés métalliques.

En extérieur, dans le cas où il ne peut y avoir de bac de stockage (donc en circuit ouvert), ce système de mur vegetal n’est pas conseillé car non économique, ni écologique.

En effet, le volume d’eau perdu engendré par les arrosages fréquents du mur vegetal est important.

Ce système de mur vegetal est déconseillé dans les régions où les températures hivernales sont dures puisque le feutre isole et protège peu les racines.
Système de mur végétal vivement déconseillé pour les personnes non assidues.

Avantages :

- léger
- facile à mettre en œuvre, auto-construction possible
- prix abordable quand les produits sont achetés aux bons endroits.

Inconvénients :

- l’entretenir demande un minimum d’assiduité et de rigueur
- faible rétention d’eau, demande beaucoup de cycle d’arrosage quotidien
- très sensible au stress hydrique (mortalité des végétaux en peu de temps), le feutre sèche vite même quand celui est épais
- culture hors-sol (hydroponique)destinée à un public ayant des bases sur le contrôle chimique de la qualité de la solution nutritive ( contrôle pH et EC ).
- Contrôle fréquent du pH de la solution nutritive afin d’être certain que les plantes du mur vegetal puissent absorber les sels nutritifs contenus dans la solution nutritive ( les plantes ne peuvent absorber les sels que dans une fourchette de pH comprise entre 5,5 et 6,5, au-delà les plantes absorbent peu les sels, s’affaiblissent et dépérissent !!!).
- En circuit ouvert ( pas de bac de rétention, avec utilisation d’une pompe proportionnelle d’engrais ou sans) la quantité d’eau et d’engrais perdus sont énormes car la fréquence d’arrosage du mur vegetal au quotidien est importante ( normal puisque peu de substrat, donc peu de rétention en eau…)

Les solutions modulaires pour murs végétaux.

Aujourd’hui, il existe des modules en plastiques injectés dans lesquels les alvéoles de plantation sont déjà préformées et extrêmement facile à poser. C’est une évolution dans les concepts de murs végétaux. Ces modules sont conçus par des industriels prenant en compte la finition, la robustesse, la fiabilité et la simplicité de pose.

Les modules se juxtaposent les uns aux autres en fonction de la façade à végétaliser.
Les modules sont remplis d’un mélange bien spécifique à la situation verticale (pas de tassement, bonne rétention en eau, bonne aération à saturation en eau …) et équipés d’un système de ferti-irrigation intégré. C’est probablement l’un des systèmes le plus adapté aux grands projets de végétalisation de bâtiments (publics, centre commerciaux…).

Avantages :

- alvéoles préformés, pas d’incision à faire sur une couche de feutre. Un godet de 9 cm rentre sans difficulté et sans déliter la motte (pas de blessure au niveau des racines).
- fixation solide et facile à poser.
- temps de pose réduit.
- le module isole les racines contre les gelées et les fortes chaleurs.
- peu d’entretien.
- changement éventuel des plantes très aisée grâce aux alvéoles de plantation.
- faible consommation d’eau.
- mur anti-bruit (pas de valeurs annoncée)
- mur dépolluant (pas de valeurs annoncée)
- mur isolant thermique (pas de valeurs annoncée)
- durable dans le temps
- peu de connaissances exigées en agronomie
- peut se monter, se démonter et se remonter
- maintenance aisée
- peuvent être pré-végétalisés

Inconvénients :

- le prix (plus cher que le feutre en auto-construction) des matériaux, mais ce prix est compensé par sa vitesse de pose (coût main d’œuvre réduite).

Mur végétal constitué de « cages métalliques »

Ce concept de mur végétal est constitué de modules métalliques (gabions) remplis de substrat. Suivant le type de substrat le mur végétal sera en culture hydroponique ou en culture conventionnel.

Lorsque les modules sont remplis par de la sphaigne, il s’agit d’une culture hydroponique sur support organique. Ils peuvent également être remplis d’un mélange organo-minéral de différentes natures

Vous souhaitez en savoir plus sur les substrats, allez voir sur « quel substrat pour un mur végétal ? »

Par défaut la nature du métal utilisé est de l’acier galvanisé mais il peut être en inox. Le fil doit avoir une section de 4.5 mm. Pour une plantation aisée le maillage doit être au minimum de 10 cm.

Dans les systèmes les plus connus, les modules sont cloisonnés par un géotextile non tissé (feutre aiguilleté ) ce qui permet de maintenir le substrat et de retenir une certaine réserve d’eau disponible. D’autres utilisent un paillage PP tissé qui ne sert qu’a maintenir le substrat.

La mise en œuvre de ces modules quelque soit le fabriquant reste relativement lourde à mettre en place. Il est même parfois indispensable de faire appel à un métallier/serrurier.

Voici ci-dessous un schéma représentant le système en général.

Ces procédés de mur vegetal sont le plus souvent autonomes. En effet l’arrosage et la fertilisation peuvent être intégrés et se faire automatiquement.Les cages métalliques sont équipées de lignes de goutte à goutte qui sont toutes reliées à une station d’irrigation (local technique).

Ici l’arrosage est en circuit ouvert, la durée et la fréquence des arrosages sont réglées de façon à n’apporter que la quantité d’eau nécessaire à ré-humecter le substrat, ni plus ni moins.

En fonction de la qualité du substrat, le mur vegetal consommera plus ou moins d’eau.
Le gros avantage du jardin vertical construit avec des cages, c’est qu’il présente un volume important de substrat et donc une bonne rétention en eau et un environnement profitable au système racinaire.

Les avantages

- mur anti-bruit (pas de valeur annoncée)
- mur dépolluant (pas de valeur annoncée)
- mur isolant thermique (pas de valeur annoncée)
- pas d’entretien au quotidien ( pas de contrôle de pH, ni de l’EC…)
- peu de consommation d’eau et d’engrais.
- peuvent être pré-végétalisés

Les inconvénients :

- mise en œuvre plus longue et bien lourde que PVC/Feutre.
- entretien non simplifié
- prix supérieur au système PVC/Feutre.
- mise en place lourde, demande un équipement professionnel
- plantation non aisée
- pas de respect du phototropisme, les végétaux n’ont pas une assise correct, ce qui conduit dans la majorité des cas à une fonte des végétaux.
- la sphaigne et la fibre de coco ont tendance à se tasser dans le temps, se traduit par une asphyxie racinaire et une mortalité des végétaux.

Selon votre projet : façade végétale, mur vegetal, bâtiment vegetalise, mur vegetalise, architecture vegetale, jardin vertical… je peux vous conseiller dans votre choix.


Les commentaires sont fermés.